Cercle de Lecture

 

 

 

 

 

Le Cercle de lecture

Venez découvrir un livre et échanger avec d’autres lecteurs !

Le 2ème lundi du mois à 14H

lieu : Maison de la Philosophie

PAF : 5€ - Adhérent : une conso

Aimez-vous lire ? Kundéra, Hesse, Camus, Le Clézio, Zweig, Semprun... ? Comme nous, un auteur vous a séduit et vous souhaitez en découvrir d’autres. Comme nous, vos lectures ont suscité des envies, des idées, des coups de coeur, des interrogations, que vous aimeriez partager. Dans ce cas, venez nous rejoindre au sein du groupe de lecteurs de l’Université populaire de philosophie. La vitesse de croisière est mensuelle, le deuxième lundi du mois à partir de 14H30. Ce sera l'occasion de lire, d'entendre la voix d'une écriture, d’échanger autour d’une oeuvre, d’un auteur, d'entrecroiser au fur et à mesure des réunions nos avis, nos lectures, au sens propre et figuré.
 


LUNDI 14 OCTOBRE  à 14H

PASSAGE DES MIRACLES
DE NAGUIB MAHFOUZ (1947)

 

L'impasse du Mortier, où l'on écrasait graines et plantes pour les pharmaciens et les fumeurs, brilla un jour dans le ciel du Caire comme un astre. De quel Caire s'agissait-il ? De la ville fatimide ? De celle des sultans ou des mamelouks ? C'est maintenant un passage, tout un monde en vérité, orné d'un café aux arabesques multicolores. Personnages de Bruegel, de Courteline et de Zola, ses habitants vivent le Moyen Âge à l'heure de la Seconde Guerre mondiale : la marieuse, commère magnifique, le cafetier pédéraste et agent électoral, le faiseur d'infirmes, le dentiste profanateur de sépultures, la belle Hamida, fascinée par son souteneur... mais aussi le Sayyid Ridwâne partant pour La Mecque. C'est la cour des miracles du petit peuple du Caire.

***

LUNDI 18 NOVEMBRE  à 14H

AILLEURS PEUT-ETRE
DE AMOS OZ (1966)

 

Que se passe-t-il dans un kibboutz israélien à trois kilomètres de la frontière jordanienne ? La vie de tous les jours avec ses petits drames et ses joies naïves noyées dans la fraternité d'une collectivité au travail pour une même cause. Reouven Harich, poète et instituteur, abandonné par sa femme, Eva, qui lui a préféré le luxe tapageur d’un juif retourné en Allemagne, reporte toute son affection sur sa fille Noga et son fils Gaï. Et puis, il a une liaison avec la femme de Ezra Berger, Bronka. Noga, elle, a l'espièglerie de ses seize ans, et repousse les élans maladroits de son jeune amoureux pour se jeter dans les bras du rustre Ezra Berger. Et c'est de nouveau le drame, sordide. Peintre réaliste du kibboutz, Amos Oz n'en manie pas moins avec talent une ironie voilée de tendresse qui donne toute sa saveur au livre.

***

LUNDI 9 DÉCEMBRE  à 14H

UN PRINTEMPS TRÈS CHAUD
DE SAHAR KHALIFA (2008)

 

Le camp palestinien d'Ayn el-Morjân et la colonie israélienne de Kiryat Sheiba sont séparés par une clôture métallique. De part et d'autre, deux enfants s'apprivoisent. Mais la clôture devient un mur entre deux communautés qui se haïssent ou, au mieux, s'ignorent. Ou pactisent. Tout est vu à travers le regard d'Ahmad, le jeune Palestinien, en proie aux problèmes de son âge, à sa timidité, à un amour naissant, aux conflits de générations, à la rivalité qui l'oppose tendrement à son grand frère Majid. Son univers bascule quand il s'introduit derrière la clôture : emprisonné, il passe de l'enfance à l'adolescence. Des illusions à une réalité d'autant plus dure et amère que, entre-temps, la seconde Intifada a éclaté, et que Majid, accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, doit entrer dans la clandestinité, début d'un calvaire qui l'entraînera notamment jusque dans le quartier général assiégé de Yasser Arafat.

***

LUNDI 13 JANVIER  à 14H

LE SILENCE MÊME N’EST PLUS A TOI
DE ASLI ERDOGAN (2017)

 

Vingt-neuf textes parus dans la presse au cours des dix dernières années chroniques politiques, réflexions sur l'écriture et l'exil, essais mixtes sur les actions gouvernementales, les pesanteurs archaïques et les clichés à l'oeuvre dans la vie quotidienne en Turquie qui éclaireront le profil d'essayiste engagée de Asli Erdogan et permettront de comprendre pourquoi l'auteur, victime de la chasse aux sorcières déclenchée en juillet 2016, est actuellement en prison. L'écriture toujours soignée et traversée de fulgurances poétiques de la romancière trouve ici un autre terrain d'expression, non moins convaincant.

***

LUNDI 10 FÉVRIER  à 14H

MARX ET LA POUPÉE,
DE MARYAM MADJIDI (2017)

 

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint son père en exil à Paris. A travers ses souvenirs d'enfance, elle décrit l'abandon du pays, l'éloignement familial, la perte de ses jouets - donnés aux enfants pauvres de Téhéran sous l'injonction de ses parents communistes - et l'effacement progressif du persan. Fable et journal, Marx et la poupée raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, comme rempart, comme moyen de socialisation et comme arme de séduction massive.

***

LUNDI 09 MARS à 14H

SYNGUÉ SABOUR : PIERRE DE PATIENCE
DE ATIQ RAHAMI (2008)

 

Cette pierre que tu poses devant toi... devant laquelle tu te lamentes sur tous tes malheurs, toutes tes misères... à qui tu confies tout ce que tu as sur le coeur et que tu n'oses pas révéler aux autres... Tu lui parles, tu lui parles. Et la pierre t'écoute, éponge tous tes mots, tes secrets, jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate. Elle tombe en miettes. Et ce jour-là, tu es délivré de toutes tes souffrances, de toutes tes peines... Comment appelle-t-on cette pierre ? En Afghanistan peut-être ou ailleurs, une femme veille son mari blessé. Au fond, ils ne se connaissent pas. Les heures et les jours passent tandis que la guerre approche. Et la langue de la femme se délie, tisse le récit d'une vie d'humiliations, dans l'espoir d'une possible rédemption.

***

LUNDI 06 AVRIL à 14H

TERRE DES OUBLIS
DE DUONG THU HUON (2002)

 

Dans un village vietnamien, Mien, mariée à Hoan, qu'elle aime profondément et qui lui assure une vie aisée, voit revenir son premier mari, Bôn, qu'on croyait mort en héros à la guerre. Sous la pression des villageois et des autorités, elle reprend avec lui la vie commune, au prix de son bonheur. Qui a raison ? L'honneur, l'amour, la patrie ou les sens ? A qui rester fidèle jusqu'au sacrifice de soi ? La force magistrale de ce roman, chant tragique de trois existences, c'est l'intelligence de l'amour et  la puissance de la vie.

***

LUNDI 11 MAI à 14H

BALZAC ET LA PETITE TAILLEUSE CHINOISE
DE DAI SIJIE (2000)

 

Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique ; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts : à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë... Quel éblouissement ! Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara : « - Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde.»

***

LUNDI 8 JUIN à 14H

KAFKA SUR LE RIVAGE
DE HARUKI MURAKAMI (2002)

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction oedipienne proférée par son père. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique, décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre, tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d'un murmure envoûtant.

 


Retrouvez les podcasts des conférences des années précédentes sur notre audiothèque

 

***

Archives des années précédentes