Programme détaillé : à télécharger.

Lieu : Maison de la Philosophie

Inscription complete : adhérent 10 €, non adhérent 20 €. Uniquement en présentiel.

Inscription à l’unité : Ce cycle peut aussi se suivre à l’unité, sans s’inscrire à la totalité (sous réserve de places disponibles). Tarif : adhérent : 5 €, non adhérent : 10 €.

Replay : Inclus dans l’inscription au cycle de cours, ainsi que dans le PASS PHILO pour les adhérents.

Réservation obbligatoire : en ligne ou à la Maison de la philosophie.

Journée d’étude d’épistémologie

 

LES FAITS SUFFISENT-ILS À FAIRE SCIENCE ?

Réflexions épistémologiques, applications pédagogiques

avec Philippe Hubert, coordonnateur du groupe IRES “Esprit critique, sciences et médias” de l’Université Paul Sabatier

Samedi 5 novembre 2022, de 10H à 16H

 

– uniquement en présentiel à la Maison de la philosophie –

No 1 10H

QU’EST-CE QUE L’ÉPISTÉMOLOGIE ?

Philosophie de la connaissance ou philosophie de la science ? Quelle différence avec la notion de connaissance ou de gnoséologie ? Présentation par Eric Lowen

No 2 14H

LES FAITS SUFFISSENT-ILS A FAIRE SCIENCE ?

Les faits s’imposent-ils aux chercheurs comme aux humains ? « Les faits ne mentent pas ! », tel est l’argument qui lors d’un débat se verra opposé : « oh les faits, on peut leur faire dire ce que l’on veut… » Dans quelle mesure ce que nous considérons comme factuel est-il relatif ou universel ? Et qu’en est-il des chercheurs ? Au premier abord, la mission du scientifique semble être de parvenir à des découvertes en forçant la nature à révéler des faits neutres, objectifs… Repoussant les jeux de l’esprit pour se limiter aux phénomènes naturels, Newton lui même ne disait-il pas « Hypotheses non fingo » (Je ne fais pas d’hypothèses) ? Entreprenons donc une réflexion philosophique sur le fonctionnement de la recherche scientifique, en bénéficiant du recul que l’histoire des sciences nous offre sur des questions du passé aujourd’hui résolues. Notre investigation se présentera sous la forme d’une analyse collective des cheminements de savants d’autrefois, puis de la confrontation de ceux-ci à la pensée de divers philosophes et sociologues des sciences.

On dit qu’il faut expérimenter sans idée préconçue. Cela n’est pas possible ; non seulement ce serait rendre toute expérience stérile, mais on le voudrait qu’on ne le pourrait pas. Chacun porte en soi sa conception du monde dont il ne peut se défaire si aisément. Il faut bien, par exemple, que nous nous servions du langage, et notre langage n’est pétri que d’idées préconçues et ne peut l’être d’autre chose. Seulement ce sont des idées préconçues inconscientes, mille fois plus dangereuses que les autres. 

Henri Poincaré (1854-1912)

La science et l´hypothèse

Share This