Les attentats contre Charlie Hebdo

Prise de position suite aux attentats contre Charlie Hebdo


 

 

 

Nous devons continuer leur combat pour la liberté

Des terribles attentats qui viennent de secouer notre pays sortira peut-être quelque chose  de  positif.  Tout  comme  l’affaire  Calas,  grâce  à  la  réaction  de  Voltaire,  a contribué  à  la  diffusion  de  l’idée  de  tolérance  religieuse.  Nous  le  devons  pour toutes  les  victimes,  connues  ou  inconnues,  nous  le  devons  pour  poursuivre  le combat de Charlie Hebdo, nous le devons pour protéger et renforcer les principes éthiques et politiques des pays démocratiques et de la France républicaine.

Bien  de  nos  concitoyens avaient  oublié  que  toutes  les libertés et  droits  dont ils jouissent  ont  toujours  été  conquis de  haute  lutte  et au  prix  du  sang.  Les  droits humains,  le  droit  à  la  vie,  la  démocratie,  la  république,  la  laïcité,  la  tolérance, l’accès  à  la  connaissance  et  à  l’école  pour  tous,  l’égalité  des  hommes  et  des femmes, la  liberté de  pensée, la  liberté  de conscience, la  liberté  de la  presse, le droit  à  l’individualité,  la  liberté  sexuelle,  la  liberté  de  disposer  de  son  corps  ou encore  la  liberté  de  contraception  et  d’avortement,  font  partie  des  principes fondateurs de notre civilisation [je m’excuse de ne pas pouvoir  tous les citer  dans un  aussi bref article]. Ce  ne fut pas toujours le cas en  France dans le passé, il a fallu  bien  des  révolutions  et  bien  des batailles  pour  les  faire  reconnaître  et  leur donner  une  réalité  historique  et  politique. Le  progrès est  à  ce  prix. Grâce  à  ces tragiques  attentats,  certains  de  nos  concitoyens  ont  peut-être  repris  conscience que la France c’était surtout et d’abord de tels principes politiques, de telles valeurs éthiques, que  les Molière, Voltaire, Diderot, Condorcet, l’abbé Grégoire, Alphonse Baudin,  Victor  Schoelcher, Victor  Hugo,  Louise  Michèle,  Jules  Ferry,  Emile  Zola, Jean  Jaurès,  Léon  Blum,  Germaine  Tillon,  Jean  Moulin,  René  Cassin,  Robert Schuman, Jean  Monet ou encore  Robert Badinder  nous ont légués. Ils nous ont légué ces principes pour vivre dans un monde plus libre, plus fraternel et pour que nous continuions la lutte pour le progrès social et humain.

Mais si le progrès à ses partisans, il a aussi ses adversaires. L’islam intégriste n’est pas le seul dans le monde à être contre les valeurs de la modernité occidentale. En France  même, certains y sont  toujours opposés à  des degrés  divers, tels le  FN, Eric Zemmour, Dieudonné, Alain  Soral, Serge Thion et autres nostalgiques divers du  royalisme, du  pétainisme,  du  fascisme  ou  du  nazisme. Comme  disait  Brecht,  «Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde», ou pour reprendre le titre d’un livre de Wolinski, "le pire a de l’avenir".

Les  terribles  attentats  qui  viennent  de  secouer  notre  pays  ont  provoqué  un extraordinaire  réveil  des  consciences  de  l’importance  des  valeurs  des  pays démocratiques et de la France républicaine. Aujourd’hui, les français ont retrouvé la fierté d’être français, jamais depuis la libération on n’avait vu autant de gens brandir le  drapeau  tricolore,  revendiquer  «Liberté,  Egalité,  Fraternité»  ou  entonner spontanément La  Marseillaise.  Aujourd’hui,  des  millions  de  français  ont  fait l’expérience de l’unité de la nation et revendiqué leur attachement à la liberté et au respect de la  vie humaine. Aujourd’hui, les français étaient tous Charlie. Cet élan est d’autant plus extraordinaire qu’il est né spontanément d’anonymes, de simples citoyens  qui  ont réagi  pour  dire  non  à  la  barbarie  et à  la  violence, qu’ils  soient catholiques, protestants, juifs, musulmans, agnostiques ou athées, qu’ils soient de gauche  ou  de  droite.  Il  y  a  une  semaine,  nul  n’aurait  imaginé  une  telle  chose possible. En tout cas, on ne l’avait pas vu lors des attentats de Mohammed Merah en 2012, aussi bien du coté des français en général que des français musulmans. C’est peut-être le signe d’une évolution des mentalités françaises. Je ne sais pas si cela  résistera  au-delà  de  la  vague  émotionnelle  et  médiatique,  en  tout  cas  je l’espère.  C’est  toujours  dans  les  épreuves  et  l’adversité  que  se  forgent  les solidarités collectives et les unions nationales.

J’espère  d’autant plus que  cette  prise  de  conscience  sera  durable  que  nous en aurons besoin  pour  continuer  la  guerre  contre l’islam intégriste. Les mouvements de l’islam intégriste et djihadiste ne vont pas s’arrêter là. Ils sont en guerre contre l’Occident  et  contre  toutes  les  démocraties. Charlie  Hebdo n’est  pas  le  premier journal ni le dernier à être victime d’un attentat islamique. Dès 1988, les journalistes en Algérie ont payé le prix fort, Sidali Ben Mechiche fut le premier d’une longue liste de journalistes tués par les sbires des GIA et AIS. En matière d’attentat, citons pour rappel sans même parler du 11 septembre 2001 : Nairobi en 1998 faisant plus de 200 morts; Bali en 2002; Madrid en 2004 avec près de 200 morts et 1400 blessés; Londres en 2005 avec 56 morts et près de 700 blessés; Nairobi et Boston en 2013; Ottawa, Sydney et Bruxelles en 2014... Salman  Rushdie est toujours menacé par une  fatwa. Il n’y a  pas une  semaine sans que, de  par  le monde, une  école, une mosquée,  une  église  ou  un  marché  ne  soient  attaqués  d’une  manière  ou  d’une autre. Sauf que des islamistes tuant 132 enfants à Peschawar dans une école nous émouvra  moins  qu’un  attentat  «chez  nous»  en  France,  surtout  s’il  touche  cinq dessinateurs célèbres. La France vient aussi de réagir avec d’autant plus de révolte et de force que nous n’avions plus eu de tels attentats depuis 1995 (huit attentats à la bombe, plus de 10 morts et 200 blessés). Ce n’était qu’une accalmie locale dans une  tempête  mondiale.  Pour  cet  islam  intégriste  et  djihadiste,  en  vertu  des principes  coraniques  et  de  l’exemple  historique  de  Mahomed,  leur  objectif  est l’islamisation  du  monde  et l’application  stricte  des principes du coran. Ils sont en guerre  contre  tous qui s’y opposent, contre  l’Occident et contre  tous les principes éthiques et politiques qui pour eux, à tort ou à raison, sont associés à l’Occident et au  judaïsme.  Mais  en  premier,  ils  sont  en  guerre  contre  les  musulmans  nonintégristes et progressistes, qui pour eux sont des traitres. Les premières victimes de l’islam intégriste sont l’immense majorité des musulmans, leurs premières cibles ont  les  islams  tolérants,  les  islams  modérés  et  modernisés,  l’islam  soufique, l’islam  des  Lumières...  L’idéologie  des  islams  intégristes  et  djihadistes  est structurée,  cohérente  dans  ses  principes,  dotée  d’une  volonté  précise  et  étant capable  d’agir  sur  le  long  terme.  Il  ne  faut  pas  les  sous-estimer,  s’ils  recrutent parfois  des  jeunes  en  déshérence,  ils  ne  sont  pas  le  produit  d’une  jeunesse paumée, mais d’une idéologie religieuse fasciste, de penseurs froids et intelligents, dont  la  volonté  est  sans  faille.  Notre  seule  existence  en  tant  que  pays démocratique,  laïque  et  où  la  femme  est  émancipée,  à  l’exemple  de  Talisman Nasreen ou de Malala Yousafzai, est déjà pour eux inadmissible. Ces attentats ne visaient  pas seulement Charlie  Hebdo, ils  visaient  plus largement tous  ceux qui défendent la liberté et des valeurs civilisationnelles humanistes. Aujourd’hui, ils ont attaqué la France, demain ils le feront dans d’autres pays. Cela explique pourquoi d’innombrables manifestations de soutien à l’égard de la France ont eu lieu de par le monde. Aujourd’hui, «je suis Charlie» s’est dit dans presque toutes les langues.

Cela  fait  des  années  que,  dans  les  cours  que  nous  donnons  sur  l’histoire  des violences  religieuses  (de toutes les  religions),  j’explique  cela  à  propos  des mouvements islamiques (note 1). Déjà en 2005-2006, notre association avait pris la défense  de Charlie  hebdo à  propos de  la  publication  des  caricatures,  défendant leur  droit  absolu  à  les publier  malgré  les menaces de  mort qui déjà  avaient  été lancées contre les dessinateurs. Nous avions aussi dénonçé  par  la suite, comme étant liberticides et antilaïcistes, les manifestations islamiques du PMF ainsi que les actions  intentées  en  justice  contre Charlie  Hebdo par  certaines  associations islamiques  comme  l’UOIF  et  le  CFCM  et,  chose  plus  étonnante,  même  par  le MRAP (dont certains dirigeant de l’époque ne faisant pas grande différence entre islamophobie  et  lutte  contre  l’islamisme).  L’attaque  contre  des  français  juifs  ou contre les dessinateurs de Charlie  Hebdo était donc malheureusement prévisible, ce dont ils en avaient parfaitement conscience. Cabu, Charb, Tignous, Wolinski et Honoré étaient à leur manière des défenseurs de la liberté. Ils n’ont pas été tués au hasard comme  d’autres victimes de  ces attentats, mais pour  leurs idées et parce qu’ils incarnaient un esprit de résistance face à ces mouvements terroristes.

Mais nous ne les arrêterons pas avec des dessins, ni par la raison, ni par de bons sentiments, ni par  des manifestations publiques. Cette extraordinaire  mobilisation des français est une façon  de réaffirmer  nos propres valeurs civilisationnelles, et cela, c’est déjà  leur résister. C’est même  une victoire morale pour les idéaux que porte  la  France, idéaux  qui  sont  aussi  ceux de  l’immense  majorité  des  français musulmans.  Mais  ne  nous  y  trompons  pas,  cela  ne  les  arrêtera  pas,  ni  ne  les découragera de recommencer, seule la force  militaire et policière les stoppera. La lutte sera longue et demandera la contribution de toutes les bonnes volontés, dans tous les domaines possibles. Une  première  condition  pour leur  résister est d’être conscient  de  la  nature  exacte  de  leur  menace,  et  ensuite  de  ne  pas avoir  peur d’entrer en combat contre eux, sous quelque forme que ce soit, par l’éducation et la connaissance  mais  aussi  au  besoin  militairement. Charlie  hebdo le  fait  à  sa manière, avec les armes qui sont les siennes : celles de l’esprit, de l’impertinence et de la caricature. Nous devons continuer leur combat pour la liberté afin qu’ils ne soient pas morts pour rien.

Eric Lowen
Directeur des cours de l’UPP
11/01/2014

Note 1 : plus particulièrement dans les conférences suivantes :
- Violence et religion (code 1600-028)
- Les guerres de religions en France (code 1000-297)
- Les  sources religieuses  de violence dans  l’ancien testament, la bible et le
coran (code 1000-321)
-Le djihad et l’islam comme projet de conquête du monde (code 1000-326)
-L'islam djihadiste hégirique (code 1502 820-07)