Charte du réseau Sophia - Café Philo

CHARTE PHILOSOPHIQUE DU RÉSEAU SOPHIA


 

DÉCLARATION SUR L’ÉTHIQUE ET LA PRATIQUE DES DÉBATS PHILOSOPHIQUES EN ESPACES  PUBLICS

le  28/12/2000

Le réseau SOPHIA a été créé en 1998 par l’association  Aldéran pour favoriser  le  développement des débats  philosophiques  en  espaces  publics  (soutien  logistique,  échange  d’expérience,  rencontres périodiques, collaboration, formation...). Le réseau SOPHIA est né de l’idée  que les cafés philo peuvent jouer un rôle considérable dans le retour de la philosophie auprès du grand public, là où elle est la plus nécessaire et la plus vivante, enfin libérée des académies et des cénacles spécialisés. La place légitime de la Philosophie est au centre de la société. Le réseau SOPHIA a pour vocation d’aider et de relier  dans un mouvement dynamique des cafés philo, des cafés thématiques, d’autres formes de débats et des lieux  de
vie  culturelle.  La charte suivante  adoptée le  28/12/2000 précise  son éthique et son  approche philosophique des cafés philo. Elle comporte deux volets, un premier volet éthique qui est la  base de l’adhésion au réseau SOPHIA, et un volet pratique facultatif.

Préambule

Considérant  le  développement du phénomène des cafés  philo et des cafés  thématiques  (cafés scientifiques, cafés citoyens, cafés littéraires,  cafés géographiques, cafés poésies, cafés théologiques, cafés métaphysiques, cafés psychos... etc) ;

considérant les divergences radicales de pratiques, d’éthiques et de conceptions philosophiques à l’égard des débats philosophiques et citoyens en espaces publics ;

considérant aussi la  recrudescence de la récupération des cafés philo par des mouvements sectaires, religieux, politiques ou non-philosophiques,

considérant  la  recrudescence  de  forces  économiques,  technologiques,  politiques  et religieuses aboutissant à l’exploitation  humaine et au recul des libertés;  à la  prolifération des préjugés raciaux, sexistes, ethniques, religieux, culturels, économiques et intellectuels qui incitent à la haine, à la violence et aux conflits ;

considérant que pour promouvoir la  philosophie et la  pratique des débats philosophiques à l’échelle mondiale, il  est nécessaire que les  cafés philo et activités similaires qui se reconnaissent dans les principes énoncés dans cette Déclaration s’unissent ;
il  est désormais  nécessaire de préciser les principes éthiques, philosophiques et pratiques des cafés philo et activités similaires  dans une Déclaration unitaire, afin de rendre la  pratique de ces débats philosophiques plus cohérente et plus efficace :

Article  premier :  Les cafés philo et activités similaires sont des débats philosophiques dans des lieux publics et ouverts à tous, destinés à promouvoir et à diffuser la  philosophie auprès du public sans distinction de condition sociale, de niveau d’étude, de sexe, de culture, de religion ou de tout autre élément discriminatoire. La philosophie est accessible à tous, chacun peut faire de la philosophie et tout le monde a tout à gagner dans la pratique d’une démarche philosophique.

Article  2 :  Les cafés philo et activités similaires ont pour première mission de servir  d’accès à la philosophie. La pratique des débats est donc subordonnée à cette finalité philosophique et aux finalités intrinsèques de la philosophie. Ces activités ont ensuite pour second objectif de faire rentrer la philosophie dans des lieux publics (cafés,  bibliothèques, salons, jardins...  etc) afin de faire revenir la philosophie au coeur de la vie publique, de manière vivante et directe.

Article  3 :  Les cafés philo et activités similaires sont des lieux  d’affirmation et de diffusion de la philosophie, de ses valeurs éthiques humanistes et de sa démarche spécifique, visant notamment à l’émancipation de l’individu, à l’épanouissement, au bonheur et au progrès humain, individuel et social.

Article  4 :  Les cafés philo et activités similaires doivent éclairer  les  sujets débattus, les  rendre compréhensibles pour tous, dissiper les erreurs, croyances et les préjugés ; amener à penser par soimême et provoquer des réflexions individuelles susceptibles d’aboutir à des applications concrètes dans la vie humaine.  Les cafés philo et activités similaires doivent éviter de devenir simplement des lieux  de discussion, de rencontre pour rompre la solitude, d’affirmation de soi et de convivialité.

Article  5 :  Les cafés philo et activités similaires ne sont pas leur  propre finalité. Ils  sont une des nombreuses activités d’enseignement, de réflexion et de pratique de la philosophie. Ils  doivent inciter  le public à aller au-delà des débats et à approfondir le sujet par leurs  propres réflexions, des lectures, des conférences, des cours, d’autres débats ou tout autre moyen.

Article  6 :  Les cafés philo et activités similaires doivent s’exercer dans le respect, la défense et la promotion des droits humains, des voies de la connaissance rationnelle, de la vérité, de la libre-pensée, de la dignité humaine, de la tolérance, de la liberté, de la démocratie, de la laïcité, de la justice sociale, de la solidarité et de la fraternité humaine.

Article 7 :  La philosophie est intrinsèquement liée à la libre pensée, à la connaissance rationnelle et aux progrès scientifiques. Les cafés philo et activités similaires se doivent donc de refuser les croyances, les superstitions, les doctrines politiques ou religieuses assimilées à tort à des philosophies, les fanatismes, les négationnismes de toute nature, les intégrismes, les discours sectaires et tous les obscurantismes.

Article  8 :  Les cafés philo et activités similaires  sont à animer dans l’esprit  de la  Renaissance Philosophique. Les débats doivent se faire  en retournant aux questions effectives et concrètes de la philosophie ; en replaçant la philosophie et la  démarche philosophique au centre de la vie quotidienne, de l’expérience humaine et de la cité.

Article  9 :  Les cafés philo et activités similaires se doivent d’animer les  débats dans le sens de la modernité de la Philosophie ; à la philosophie telle qu’elle peut être pensée et vécue aujourd’hui en fonction de l’état  des connaissances humaines et du développement de l’Humanité,  à la recherche d’une sagesse d’aujourd’hui et non d’hier.  Les débats ne doivent donc pas être monopolisés par l’histoire  de la philosophie, souvent affaire de spécialistes et dont de nombreux principes sont dépassés. Les cafés philo et activités similaires ne doivent pas confondre l’histoire  de la  pensée philosophique et l’érudition  avec la véritable démarche philosophique.

Article 10 : Dans les cafés philo et activités similaires, tous les  sujets peuvent être débattus s’ils sont traités de manière philosophique. Il  n’y a pas de sujets qui ne soient pas philosophiques ; les  sujets de société, politiques et de citoyenneté sont des sujets philosophiques à part entière. Les sujets doivent être traités de manière objective, en s’appuyant sur la connaissance scientifique, en suivant une argumentation logique et rationnelle, et en procédant à une confrontation finale à la pierre de touche du réel.

Article  11 :  Les cafés philo et activités similaires sont des lieux  de débats publics ouverts. Tous les participants peuvent prendre la parole ou préférer écouter les débats s’ils le  désirent. La seule condition est de respecter les règles du débat démocratique, en discutant sur les idées et les arguments et non sur les  personnes, en évitant les  conflits personnels et la monopolisation de la  parole, en évitant que les débats ne deviennent des conférences, et surtout en écoutant de manière ouverte et attentive la parole de chacun car la vérité n’est le monopole de personne, de même que les préjugés.

Article 12 : La philosophie est une voie de désintéressement financier et personnel. Les animateurs sont donc au service du public et non l’inverse.  Les animateurs doivent être bénévoles, ne pas chercher gloire ou vanité de leur  rôle, ni jouer  les maîtres ou les gourous. Il  en va de même pour les  intervenants  du public.

Article  13 :  Le non-respect délibéré et répété des principes énoncés dans les  articles de cette Déclaration pourra entraîner l’exclusion du réseau.

 

Charte indicative  sur  les  modalités pratiques  d’animation

 

Article 1 : Sauf cas exceptionnel, les sujets doivent être annoncés le plus longtemps possible à l’avance afin que le public puisse choisir les  thèmes qui l’intéresse  et surtout, afin de pouvoir se préparer en réfléchissant et en se documentant à l’avance sur ces sujets.

Article  2 :  Sauf cas exceptionnel, le  choix des sujets s’effectue à l’avance  en concertation entre les animateurs et le public, par exemple en faisant circuler une feuille où les  propositions de sujets sont consignées, ou par tout autre moyen qui évite que les animateurs soient les seuls à proposer des sujets Les animateurs se doivent ensuite d’expliquer au public les raisons du choix des sujets.

Article  3 : Dans la mesure du possible, la double animation sera privilégiée. Un animateur de la parole s’occupera de la  gestion des temps  de parole et des intervenants,  et un animateur s’occupera de l’animation philosophique du débat.

Article 4 : Le rôle de l’animateur philo est de présenter le sujet, de préciser la problématique, les idées et les concepts. A la fin du débat, il doit conclure en synthétisant les principales idées exprimées par les intervenants et en complétant ce qui a été dit dans le débat.

Article  5  :  Au cours du débat, le  rôle  de l’animateur  philo est de faire  respecter  le  traitement philosophique du débat et des idées  exprimées. L’animateur de la  parole doit donner la  priorité aux personnes qui n’ont jamais pris la parole auparavant.

Article  6  :  Les débats peuvent être étayés par la  distribution de textes ou de bibliographies de référence. Cela est à encourager dans la mesure du possible.

Article  7  :  Les animateurs  se doivent d’intervenir dans les  débats lorsque  ceux-ci tournent  à l’affrontement  de personnes,  à la  monopolisation de la  parole ou lors  de propos discriminatoires ou inadmissibles avec les principes éthiques fondamentaux de respect et de tolérance mutuelle.

Article 8 : Les animateurs se doivent d’intervenir lorsque les débats sont déviés pour servir de lieux de propagande idéologique  ou commerciale  par des mouvements politiques, religieux,  sectaires  ou des entreprises.

Article 9 : Les cafés philo et activités similaires doivent se faire dans un esprit de désintéressement et de gratuité. Si les  responsables  des lieux  où se déroulent les  débats demandent une consommation obligatoire ou une participation financière,  les  animateurs  doivent l’expliquer  avant les  débats en précisant que cet argent n’est pas destiné au café philo ou à ses animateurs.

Article  10 : Dans le  cas où une participation financière est demandée par le  café philo ou l’activité similaire,  celle-ci  se doit d’être modique, non-discriminatoire et ne pas être une rémunération  des animateurs. Elle doit servir uniquement à couvrir les frais éventuels (affiches, programmes d’activités, supports de réflexion, sonorisation...). Dans le cas de café philo faisant se déplacer de loin des animateurs, seuls les frais de déplacement sont exigibles dans la participation financière.

Article  11 :  Dans le cas où une participation financière est demandée par le  café philo ou l’activité similaire, une comptabilité devra être tenue et les comptes devront être rendus publics au moins une fois par an ou sur toute demande des participants.

Article  12 :  Les cafés philo et activités similaires sont libres  de leur  organisation (groupements spontanés, associations... etc), du choix de leurs  sujets, de leurs  animateurs, de leurs  lieux  et de leur fonctionnement interne. La seule condition requise par le réseau est le respect des principes énoncés dans les articles de la Déclaration éthique.

Article  13 : Le fonctionnement du réseau sera précisé au besoin dans un règlement interne adopté par les  représentants des cafés philo et activités similaires lors  des assemblées annuelles. Des articles supplémentaires et complémentaires pourront être adoptés dans des Déclarations Complémentaires en fonction des circonstances ou d’évolutions imprévues par la présente Déclaration.

le  28/12/2000

Comité de rédaction de la Déclaration 2000 sous la direction de Roman Wallis (GB - Londres) : Eric Lowen (FR pour le  café philo “Victor Schoelcher”), John Valmer (USA), Nathan Deward (USA - New-York), Pierre Grégoire (CAN - Québec), Tiana Nunki (CAN - Québec), et Hermann Sonnelmann (AUS - Innsbruck).