Cercle d'Athéologie

 

Conférences mensuelles sur l’athéisme et la  critique des religions

Lieu : Maison de la Philosophie

PAF : 4€ - Adhérents : gratuit.

 

 

 


 

Programme du Cercle d’Athéologie 2017−2018

Télécharger le programme du Forum des Savoirs

 

«Dans les quelques circonstances dramatiques où j'ai eu besoin de secours, en prison, sur un lit d'hôpital, la tentation du religieux m'a parfois effleurée : Mon Dieu, aidez-moi... Une prière m'est même montée aux lèvres. Mais ce fut mécanique. Je ne crois pas en un Dieu d'amour. Ni d'ailleurs en un Dieu de colère. Mécréante je suis, mécréante je mourrai, selon toute vraisemblance, sans en tirer ni honte ni orgueil.
On peut même dire que c'est une infirmité, une dimension de l'esprit qui me manque. Je crois qu'il n'y a rien après la vie, tout simplement. Cela ne se commande pas.
Pourtant, Dieu est à la mode, ces temps-ci. Dieu féroce des intégristes qui égorgent en Son nom et se racontent qu'ils finiront au Paradis avec des corbeilles de dattes, des ruisseaux de miel et des femmes à profusion. Dieux de pacotille des sectes. Dieu insaisissable des incroyants qui se résignent mal à ne pas y croire et vont en quête de sacré ; mais où Le mettre quand la foi n'y est plus ?
Au fur et à mesure que le sentiment religieux semble croître, la pratique religieuse décroît, les agnostiques se multiplient, et ce n'est pas le moins troublant. Comme s'il n'y avait plus adéquation. C'est un philosophe chrétien, Paul Ricoeur, qui écrit : «Si les religions doivent survivre, il leur faudra renoncer à toute espèce de pouvoir autre que celui d'une parole désarmée. elles devront faire prévaloir la compassion sur la raideur doctrinale ; il leur faudra surtout chercher au fond même de leurs enseignements ce surplus de non-dit grâce à quoi chacun peut espérer rejoindre les autres...»
Le sûr est que la majorité de nos contemporains vit dans l'inconfort sa relation avec Dieu, ou, si l'on veut, avec la transcendance, ce qui se situe hors d'atteinte de l'expérience et de la pensée de l'homme. Des philosophes (Luc Ferry), des écrivains (Jean Daniel) se sont efforcés de leur apporter non pas des réponses - qui a des réponses à l'abandon de Dieu par ses petits enfants ? -, mais des éclaircissements sur leurs incertitudes d'agnostiques. Cela fait de beaux livres profonds. Pas des vade-mecum pour âmes en recherche..»

Françoise Giroud
Arthur ou le bonheur de vivre, 1997


PRÉSENTATION DU CERCLE D’ATHÉOLOGIE

Le Cercle d'Athéologie de Toulouse a été créé en 2004 afin de pouvoir mieux promouvoir, de manière plus visible et plus explicite, la question de l’athéisme et de la religion. L’athéisme et la croyance religieuse ont toujours été traités dans le cadre normal des activités de l’association, c’est-à-dire entre tous les autres thèmes que nous traitons normalement. La création d’un département consacré à l’athéisme montre son importance, notamment pour réagir contre le retour du religieux et son obscurantisme intrinsèque. Depuis sa création, il est animé par Eric Lowen, directeur des cours de l'association ALDÉRAN.

PROMOUVOIR L’ATHÉISME, LUTTER CONTRE LES CROYANCES RELIGIEUSES

Notre objectif est double : promouvoir l’athéisme et faire reculer les croyances religieuses. Pourquoi faudrait-il que les seuls à occuper la sphère des idées soient les religions ou bien leur cheval de Troie, le "spirituel" ? Hâtons-nous d'athéiser, il est temps de revendiquer la nécessité de l'athéisme. Vive un prosélytisme athéiste, décomplexé, assumé, joyeux et constructif !

CENTRE DE DOCUMENTATION SUR L’ATHÉISME

Le cercle d’athéologie met à votre disposition un Centre de Documentation sur l’athéisme, qui propose de nombreux livres, revues et articles. Il peut aussi intervenir lors de débats ou activités médias à la demande.

 


Retouvez toutes les conférences des années pérécédentes sur notre audiothèque

 


 

Archives du Cercle d’Athéologie

 


MERCREDI 18 OCTOBRE 2017 À 20H30

ATHÉISME ET INCROYANCE
L’incroyance ne fait pas athéisme pour autant

Conférence par Éric Lowen

 

La définition commune de l’athéisme l’assimile à la mécréance, à l’incroyance. Si cela est vrai pour un certain nombre d’athée, on peut constater en examinant de manière plus précise ces deux notions qu’elles ne sont nullement identiques, qu’elles ne sont pas des synonymes. On peut être incroyant sans être pour autant athée, et athée sans être incroyant. Au même titre qu’on peut croire en dieu et être incroyant, tout comme incroyant et agnostique. Cette conférence proposera de redéfinir plus précisément ces deux notions, d’en montrer les différences autant que les relations.

 

MERCREDI 15 NOVEMBRE 2017 À 20H30

L’ASYMÉTRIE THÉISTE
L’inégalité structurelle de la confrontation théisme / athéisme

Conférence par Éric Lowen

 

Dans l’analyse des éléments en faveur des religions et des éléments en faveur de l’athéisme, il y a plus qu’une dissymétrie de rapports, la situation est asymétrique. Cet aspect méconnu de la confrontation entre athéisme et
religion est très révélateur et mérite d’être souligné, afin de mieux comprendre la nature des religions et la nature de l’athéisme. Cette asymétrie et ses implications sont des prolongements du test de Russell.

 

MERCREDI 17 JANVIER 2018 À 20H30

MONOTHEISME ET FANATISME RELIGIEUX
Les racines religieuses de la violence monothéiste

Conférence par Éric Lowen

 

Les religions monothéistes n'ont pas le monopole de la violence religieuse, mais force est de constater, en raison de leur importance historique et religieuse (judaïsme, christianisme, islam), que les violences commises au nom des religions monothéistes représentent la majorité des violences religieuses à travers l'histoire, et l'essentiel de celles de notre monde présent. Et si le fanatisme religieux était le fruit normal, inéluctable, structurel, des religions monothéistes ?

 

MERCREDI 21 FEVRIER 2018 À 20H30

LE MYTHE DE LA PREUVE DE DIEU
La prouvabilité de dieu, quadrature du cercle des religions

Conférence par Éric Lowen

 

Toutes les religions et tous les théologiens de la Terre essayent de prouver l’existence de Dieu, ou plutôt de leur idée de dieu. Cet effort constamment renouvelé de la part des religions pour prouver l’existence de leur dieu est paradoxalement un des contrecoups de l’affirmation de la pensée rationnelle. Or, depuis des siècles que les religions tentent de prouver l’existence de leur dieu, le résultat est toujours le même, avec constance, avec régularité, avec obstination : quelque soit l’intelligence du théologien concerné, quelque que soit ses efforts, quelque soit les milliers de pages qu’il aura écrit, aucune de ces preuves n’a valeur de preuve et ne résiste à un examen sérieux. La prouvabilité de dieu est donc un mythe, une sorte de yéti métaphysique, une quadrature du cercle des religions. Cette conférence examinera cette improuvabilité de dieu, sa signification et ses implications.

 

ATTENTION DATE EXECPTIONNELLE

LUNDI 05 MARS 2018 À 20H30

L’ATHÉISME ET CRITIQUE RELIGIEUSE
DANS LE MONDE ROMAIN

Conférence par François Faucon

 

Lucrèce, Proclos, Bion de Borysthène, Carnéade, Cicéron... Autant de noms, pour la plupart inconnus du grand public, qui forgent la critique religieuse dans l'Antiquité romaine. En effet, les penseurs sont nombreux à cette époque comme à d'autres à vouloir définir les contours d'une morale athée en contrepoint de la religion dominante, de la divinité de l'empereur. Certes, l'athéisme ne saurait avoir à l'époque romaine, les mêmes contours que de nos jours. Ainsi, les premiers chrétiens sont les athées du monde romain. Au-delà de ce cas pour le moins spécifique, quelle ligne de fracture existe entre la religion romaine, par définition publique, et la superstition, privée dans une Cité romaine définie par un corpus de dieux ? Quelle définition de la fides celui que l'on nomma athée vient-il détruire ? Bientôt, le monde romain deviendra chrétien et l'athéisme évoluera de concert.

 

 

MERCREDI 18 AVRIL 2018 À 20H30

LA SYMBOLOGISATION DES RELIGIONS
Signe de la défaite de la religion, indice de la victoire de la raison

Conférence par Éric Lowen

 

L’interprétation symbolique des religions n’est pas l’appréhension normale des textes et des mythes religieux par et pour les croyants. Le fait que des croyants soient obligés d’appréhender la religion d’un point de vue symbolique et allégorique est le signe de l’obligation d’une modification de leur fonctionnement à cause de la montée en puissance de l’exigence de la raison. Cette conférence analysera ce phénomène, en mettant en lumière le fait que l’interprétation symbolique des textes religieux est une infidélité aux textes fondateurs des religions.

 

MERCREDI 16 MAI 2018 À 20H30

LA RELIGION EST-ELLE UN OBSTACLE À LA SPIRITUALITÉ ?
De la bien faible spiritualité des religions

Conférence par Éric Lowen

 

Et si les religions étaient des obstacles à la spiritualité ? Pas seulement les grandes religions dogmatiques, mais toutes les religions ? Quelles relations entre religion et spiritualité ? Une conférence pour démystifier la prétendue dimension “spirituelle” des religions et obliger à repenser la spiritualité hors de la religion.

 

MERCREDI 13 JUIN 2018 À 20H30

CROIRE ET NE PAS CROIRE
Réflexion critique sur les notions relatives de croyance et d'incroyance

Conférence par Jean-Pierre Cavaillé
Professeur d’anthropologie historique à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Toulouse)

 

Nous proposons une approche de la question de la croyance et de l'incroyance basée sur la riche réflexion qu'offre l'anthropologie sur ces sujets, en partant du constat que la notion d'incroyance est, comme le mot le dit suffisamment, relative à celle de croyance. Or celle-ci nécessite un travail de déconstruction : il faut en montrer la polysémie, les apories, ses déterminations linguistiques, sa relation aux monothéismes, etc. Mais il est aussi intéressant d'en conduire l'analyser intrinsèque, à partir d'observations empiriques. On y découvre que le doute, l'hésitation, l'incertitude, bref l'incroyance, lui est proprement intrinsèque, dès lors que croire contient nécessairement l'idée qu'il est possible de ne pas croire et que le croyant lui-même est en permanence menacé par l'incrédulité... Toute croyance est exposée à la menace de l'incroyance, mais celle-ci est aussi toujours en relation avec une disposition à croire.